Actualité

Plus d’une centaine d’élèves s’engagent contre l’intimidation à l’école Le Prélude


Dans le cadre de la mise en place de plusieurs moyens pour contrer l’intimidation en milieu scolaire et à la suite d’une initiative d’une élève de l’école Le Prélude (Kelly-Anne Vanasse), le psychoéducateur de l’école Le Prélude (Félix Larose) à l’aide de professionnels de la Commission scolaire des Affluents (CSA) ont récemment organisé un colloque jeunesse à l’intention des conseils d’élèves et de tous les élèves qui agissent à titre de pairs aidants dans les écoles secondaires.

Cette journée, tenue à notre école, avait comme objectif principal d’offrir une tribune à des jeunes impliqués afin de connaitre leurs pistes de solutions et les pratiques gagnantes en lien avec ce phénomène bien d’actualité qui nous concerne tous. Ce sont près de 130 élèves qui ont répondu à l’appel, et ce, même s’il s’agissait d’une journée pédagogique où ils n’avaient pas à se présenter à l’école ! La participation à cette journée était gratuite pour les élèves, un système de transport avait été prévu sur tout le territoire de la CSA pour faciliter leur déplacement et le dîner a été gracieusement offert par Sylvain et Stéphane Dion, propriétaires d’un Subway de Laval.

La conférence d’ouverture a été brillamment assurée par Samuel Bricault, auteur de la collection « Le dernier des Immortels », qui a partagé aux élèves son passé d’intimidé et d’intimidateur, mais qui a surtout mis l’accent sur l’importance d’utiliser ses passions et ses forces personnelles pour faire face à des situations d’intimidation. Généreux, il est demeuré disponible tout l’avant-midi pour poursuivre la discussion avec les élèves qui le sollicitaient et ainsi échanger davantage avec eux.

Pendant la pause du diner, les élèves avaient la chance de recueillir de l’information supplémentaire auprès des personnes-ressources représentant différents organismes dont, Tel-Jeunes, L’Avenue, justice alternative, le Néo, la Sécurité publique de Mascouche ainsi que quelques maisons de jeunes du territoire qui tenaient des stands sur place. La suite de la journée s’est déroulée en ateliers, animés des professionnels de la CSA, où chacun était invité à partager ses idées pour lutter contre l’intimidation.

Les élèves se sont investis dans la démarche avec sérieux et sincérité tout au long de la journée. En plus d’exprimer le souhait d’être sensibilisés davantage quant aux différences ou encore à l’homophobie, ils ont également profité de cette tribune pour proposer une multitude de pistes d’action qui contribueront à maintenir un climat sain et sécuritaire pour tous à l’école.

Tandis que les élèves de l’école l’Envolée ont notamment exprimé le souhait d’avoir la possibilité de faire plus de sport pour canaliser leurs énergies différemment et créer des liens, d’autres élèves ont proposé d’organiser du « théâtre invisible » sur l’intimidation, de tenir des stands sur l’heure du diner où les élèves pourraient présenter leurs passions ou encore d’instaurer une « brigade de surveillance » pour identifier et aider les jeunes en difficulté à l’école.

Il s’agissait d’une première initiative du genre à la CSA et les organisateurs ont rapidement constaté que le fait de donner la possibilité aux jeunes de se réunir pour échanger sur un sujet qui les concerne et d’écouter ce qu’ils ont à proposer comme pistes de solution, s’avère non seulement important, mais aussi très enrichissant, et ce, même pour les adultes !

« Nous avons eu raison de solliciter les élèves sur une problématique qui les touche. Ils ont proposé des idées originales et novatrices qui contribueront certainement à lutter contre des situations problématiques qui peuvent survenir dans les écoles » a mentionné Geneviève Roussety, conseillère pédagogique à la CSA et membre du comité organisateur du colloque.

Le succès de l’événement est certes dû à la participation active des élèves présents mais aussi grâce à la contribution des professionnels de la CSA, notamment les psychoéducateurs et les animateurs de vie spirituelle et d’engagement communautaire, qui se sont investis dans la réalisation de ce projet.

La richesse des échanges et la qualité des suggestions qui ont marqué cette journée démontrent bien que les jeunes, en plus d’être nombreux à être mobilisés, font preuve d’une attitude positive et surtout, d’une volonté de s’impliquer pour améliorer les choses. L’ensemble des suggestions proposées seront regroupées puis transmises aux intervenants concernés dans les écoles et à la commission scolaire ainsi qu’au MELS.





Voir toute l'actualité